Délivrés, délivrée.

J’ai perdu mon père dans un escalier.
J’étais en haut dans cette maison toute vieille et jolie que je partageais avec des amis.
C’était dimanche matin, j’étais dans ma chambre et Anne m’a appelée d’en bas.
« Il y a ton frère au téléphone »
Je suis vite descendue et la conversation fut brève. Mon père était mort la veille, je devais prendre le train le plus vite possible.
J’ai raccroché et remonté quelques marches de cet escalier biscornu.

Je me suis assise, j’ai dit la nouvelle à haute voix et j’ai pleuré.
C’était en 1984,  je n’avais pas encore 25 ans.

En 2007 ma mère est partie à son tour.
Elle nous a fait un cadeau en partant le jour de sa fête Ste Lucie, 13 decembre, et le lendemain de la mort de son frère qu’elle aimait tant.
C’était gai, une délivrance.

La nuit de sa mort la neige était tombée sur les hauteurs. Dans l’après-midi le paysage était très beau sur le Vercors et les collines avoisinantes. Givre et soleil lumineux.
La journée fut vraiment  lumineuse car son calvaire prenait fin et d’autres choses allaient pouvoir commencer pour moi.

Je crois que j’attendais cela depuis très très longtemps.

Je n’avais plus de parents en vie. Ils étaient en paix, délivrés de leurs maladies et de leurs chagrins.

Je n’imaginais pas la délivrance que ce serait.
Un autre monde ouvert en moi.
Une autre reconnaissance de ce que je suis profondément.
Et enfin la capacité de regarder en arrière. D’arrêter d’aller, aller, aller…sans cesse, et de chercher, chercher, chercher sans répit.

De forcer ma nature, d’être ouverte et forte.
« Mais comment tu fais ? » me disait une amie.

Je ne comprenais pas sa question.
Il fallait bien…faire…S’adapter et se modeler au Monde, aux gens, aux boulots, toujours et faire avancer la machine.

Maintenant je suis libérée de ce mouvement perpétuel que j’avais instauré.

Il est en moi, certes, il est moi.

Mais la façon de le vivre est différente.

Perdre ses parents avant ses 50 ans est une chance, une opportunité à saisir, une bénédiction.

Publicités
Étiquettes :

8 commentaires to “Délivrés, délivrée.”

  1. Je crois que je comprends une part de ce que vous voulez dire les ayant perdu aussi. Et je vous admire de pouvoir écrire ainsi, n’ayant jamais pu.

  2. « Cendre et poussière, une clarté qui expurge la noirceur des choses. ce qu’à petits pas nous faisons, nous imposons de la lumière et nous l’entretenons… »

    Pour (re)trouver il faut donc se quitter…
    et un autre chemin peut se faire qui poursuit le premier…

  3. Je ne serais pas celle que je suis sans mes grands-mères grands-pères et arrières grands parents. Merci à eux d’avoir pu tenir assez longtemps. une chance oui, en ce qui me concerne.

    Merci pour ce texte qui me rappelle tant de souvenirs… et laisse quelque peu pensif

    Quine

    • C’est une belle chance de connaitre suffisamment ses grands parents, ça oui.
      Cf : billet-présentation
      « Pourquoi Hirondelle ? »

      Quand je parle de délivrance, je ne dis pas, bien sûr, que la mort de ceux qu’on aime est à souhaiter !
      Mais je veux dire que quand cette réalité nous assaille…De la perte naît un gain qui peut revêtir des formes inattendues, que pour ma part, je n’aurai jamais pu imaginer.

      Merci beaucoup pour la VDO et cette visite.

  4. On reste toujours un enfant tant qu’on a ses parents.
    Je comprends bien l’idée de liberté qui en découle, puisqu’alors, tout repose sur soi même.
    Faut juste savoir la gérer. Et ça…

    • Tu as fort bien résumé.
      Et en même temps, je retrouve aussi de moi profondément, de mes fragilités, de mes essences enfantines et je me les accorde, je les vis, plus pleinement.
      Moins de choses « adultes » à « prouver » peut être… ? Tout doit être sincère, plein, a soi, totalement mais plus en force.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :