Sur ma nuque

Tu mis ta main sur ma nuque pendant que je conduisais. Nous revenions de ce premier dîner.

Il est des gestes qui changent tout, tout le cours de nous.

Je ne savais pas, alors, que dans ce champ de nous, cette friche foisonnante, tant d’épines forceraient le passage.

J’ai encore leurs marques dans ma main.
Comme j’ai encore sur mon cou la tienne qui me frôle et décide de nous.

Étiquettes :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :