Couper les ponts

Tu pars vivre loin pour tout quitter, tu ne réfléchis pas. Ta vie sans vivre cela ne se peut pas.

A cette époque on quittait toute communication avec ce monde d’ici. Pas d’ordinateur, à peine balbutiants ils remplaçaient juste les machines à écrire.

Pas de net, pas de courriel, pas d’informations à la con, de partout et du monde délaissé avec plaisir. Pas de télévision, pas de radios ou une R.F.I mal captée une demie-heure par jour, pas de blogues, pas de…Juste le fax parfois, si urgence, tous les trois mois.

Rien qui ne maintienne le lien. L’évasion bonne. Le silence. La parole aux tout de suite et là, juste là, si différent, tout.

Couper les ponts, choisir ses traces, dominer la fuite. Sans encombres.

J’aime m’imaginer repartir pour toujours. Je veux mourir dans la brousse au pied d’un vieux lion, le visage contre son flanc. Dans son odeur fauve, âcre, douce, sa fourrure épaisse dans mes yeux ouverts.

Je veux, gazelle, étendre mes pattes dans le lac et m’y voir, telle que je me crois. Deux grandes oreilles et un pelage lisse, tendu dans la brise chaude du soir. Ocre, orange, noir.

Publicités
Étiquettes :

3 commentaires to “Couper les ponts”

  1. Cours, cours, la gazelle a la liberté dans les sabots. Mais n,accepte pas sa crainte de tout elle t’est inutile.

  2. Sur le bog jardin d’Hélène… conseil de venir ici. Par curiosité, par soif de nouveauté je viens à pas discrets sur ces terres. Je vais découvrir.
    Bonne soiréei

  3. Quelle belle fin…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :