K. Haut

Bon, c’est la dernière fois que j’en parle ici ou là, de toutes façons, je sens qu’il va falloir le terminer ce bouquin et le rendre à la Mediathèque chérie.

Pourquoi il m’émeut tant ? Parce que c’est un recueil des textes  ( de quelques pages chacun) de jeunesse de Kerouac, entre 16 et 22 ans. Avant que tout ne bascule complétement vers sa vie de clochard céléste. D’un homme qui ne sait pas qu’il ne verra pas ses cinquante ans.

Et déjà tout est là, bien sûr, dans la puissance d’une existence voulue hors du commun, dans cette adolescence, qui est pour moi une période essentielle dans la vie. Une période extra-lucide.

Ce livre là au début tu le lis et Bing, la claque. Tu te dis Bon ben c’est pas la peine de continuer à poser ne serait-ce que l’ombre d’un stylo sur un papier. Je vais retourner couper les oignons dans la cuisine pour pleurer pour de bon.

C’est bouclé, c’est plié, couché panier. Et puis finalement il se passe un truc très vivifiant, c’est l’effet Boomerang. Clac. Au bout de deux pages t’as les neurones qui fricotent un genre de truc électrique et Zam ! C’est l’effet Ma sorcière bien-aimée. Le stylo se retrouve dans tes doigts, tout seul.

Bon y’a des dégâts, faut pas monter sur tes grands chevaux Billy Ze Kid. Mais ça soulage, enfin ça te permet de panser la claque que tu as reçue ci-dessus.

Au fond, c’est un coup de pied aux fesses que tu as eu et c’est bien fait, tu l’as voulu.

La table des matières de ce livre, j’en ferai bien une histoire à elle toute seule, en vrac ça donne cela (extraits)

Première partie : Forets de sapins et pure pensée (1936-40). Un long rêve étrange, L’orchestre de Count Basie, le meilleur du pays, Retourner, Rien, Une pièce que je veux écrire, Concentration, Intimité, Une journée de septembre, Je me souviens des jours de ma jeunesse, Là où commence la route, Night-club à New-york.

Deuxième partie : Coup d’envoi (1941). Le je-ne-sais-quoi du cigare, Dieu, Si j’étais riche, Un dimanche après-midi de juillet, Sur la véranda à me souvenir, Le sage de la carrière de sable, Chant d’adieu, délicatesse de mes arbres, Il faut que je ramasse ma mise et que je me tire, mec, A 18 ans j’ai soudain découvert les délices de la rébellion, L’Amérique dans la nuit, Carnet d’un jeune écrivain, Aujourd’hui, Ca je le sais

Troisième partie : La peinture exacte de la vie ( 1942-43 ). Tristesse à six, La faim au coeur, La beauté, vérité qui dure, Blessé au combat, La vie, une blessure…

And so on…

Publicités
Étiquettes : ,

4 commentaires to “K. Haut”

  1. Sacré Jack, les coups de pied au cul, y a que ça de vrai… Mince, c’est désormais interdit par la loi, à moi de se les coller soi-même, ce qui demande quelques années d’assouplissement (mental?)

    • Bienvenido !
      Le mieux pour se les donner est de ne jamais s’assoir trop longtemps quelque part et rester accrocher à ses bagages. Un souplesse mentale, tu l’as dit !

  2. Lire ce texte m’a en effet rappelé mes émois d’adolescent quand j’ai lu « sur la route » (+ quelques autres)
    Je me faisais la réflexion hier en réécoutant un chanteur pas entendu depuis longtemps et pourtant réécouté jusqu’à la corde lors de mon adolescence puis comme jeune adulte, qu’une des chances que j’avais eu était de ne pas m’être trompé dans mes goûts artistiques à cette époque-là.
    Parce qu’alors une empreinte forte et indélébile a été déposée…

    • Je vois ce que tu veux dire…
      Pour ma part, je trouve les révélations et déchirements vécus entre disons…15 et 20ans..essentiels, fondateurs.
      Plus je vieillis et plus je m’y retrouve et souhaite m’en re- rapprocher. C’est peut être « pas très adulte », pas très « raisonnable » parfois ? Mais je m’en fous dorénavant. J’ai suffisamment essayé de m’adapter à cette société de m….. ( professionnellement, par ex !! ).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :