En pente à soi, et pour de bon ?

.

J’ai fait un rêve. J’en suis toute déplumée. Il y avait tant de choses, un rêve rempli. J’en ai mis

Mais j’en ai oublié. Enfin… j’ai encore des images qui commence à se mêler. Je t’ai vu enceint aussi. Oui, toi l’Homme, tu avais un ventre de femme enceinte de huit mois. Et on rigolait bien. Cela t’était venu tout d’un coup je crois, sans trop prévenir. Tu étais devant le frigo et je te voyais de profil et cette proéminence d’éminence m’apparaissait. Ton regard en coin. On ne disait rien. Rien à dire. Sourire.

Le rêve c’est comme un autre monde qui entre dans le tien, dans ce quotidien dont les limites sont absurdes et qu’on voudrait faire péter par plein de bouts. Ce monde entouré de barbelés, de restrictions que l’humain se créé. Quand tout fuse de tous côtés, création et amour en tête, suivis de leur cortège libertaire, on cherche les failles, les pôles où échapper vers des grands Nords et des grands Sud, des Est et Ouest. A cheval, en chariot, à vélo, à la nage, en vol plané, tout serait bon pour exister, exister et sortir de la gangue molle et peureuse où la vie s’enchaîne parfois.

Dévaler la colline verte sur le dos dans les herbes qui se ploient. Tout écarter sur le passage.

Tiens, j’ai déjà écrit cela, je crois…Quoi de meilleur, tu me diras, que de se laisser rouler comme un petit fou dans une pente d’herbes vertes ? Les yeux fermés de joie, avec des battements de coeur en pagaille et un soupçon de trouille d’inconnu ? Quoi de mieux ? Quoi ?

.

Étiquettes :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :