Rêve de castor

La photo est comme ça, avec ce vieux rose là. De l’autre côté il y a ma grand-mère paternelle sur un poney, un ranch avec véranda derrière, l’arrière-grand père, Alfred, sur le côté.  (C’est dingue comme mon frère lui ressemble !) .Petit, roublard, moustache, mort à New York dans des circonstances de moi inconnues. Qu’il vaut peut être mieux ne pas connaître ? Laissant sa famille, et sa tripotée de filles, au Québec, avec sa femme Gabrielle ?

Au bord des grands lacs alors, tu développeras cette photo. 120 années plus tard une femme dont tu ne peux pas soupçonner l’existence, la gardera précieusement, l’emmenant partout où elle habite.

Mon père rêvait d’aller s’installer en Amérique du Nord. Il aurait tant aimé, disait ma mère, regrettant de lui avoir un peu coupé l’herbe sous le pied.

Tant aimé rejoindre le pays de sa mère.  Fille de la tripotée, elle avait dû se marier avec son cousin français. Et toute sa vie de penser à ses sept soeurs et à son pays laissé derrière.

Un jour au bord des grands lacs j’irai à Bay City, une horrible ville industrielle aujourd’hui. Je fermerai les yeux, je chercherai ce bâtiment rose, celui de la photo. Plus loin dans les étangs, je me ferai castor, à l’embouchure d’une rivière. Les lacs sont grands comme une mer. Porté par les courants je nagerai sur le dos,  le ventre gavé de poissons frais. Chercher du bois, creuser son nid, sortir la nuit loin des hommes. La belle vie pour une vie.

.

Publicités

10 commentaires to “Rêve de castor”

  1. Oh, ce que je te le souhaite. Une grande voyageuse devenue castor, dira t on derrière les barrages de nos pensées étroites.

  2. Et A poil, dans l’eau, une vie c’est beau !

  3. A Bay City Michigan, sur la 4ème rue à l’angle de Washington Avenue, tu trouveras désormais la poste centrale (photo). Elle est belle cette poste. Et puis tout près, sur Washington Avenue, le State Theater et en face du théatre toute une ligne de boutiques. Il y a de belles maisons dans cette ville, un patrimoine bâti riche de ces vieux immeubles en briques témoins du rêve américain. On est ici dans le coeur historique de la cité. Beaucoup ont été conservés d’ailleurs. Je connais bien ce quartier. Je l’ai arpenté en long et en large tout récemment, en fait tu m’en as donné l’envie avec ton billet que j’ai trouvé très émouvant.
    Devant la poste, au sud (à droite sur la photo) Tu vois un petit espace vert qui fait l’angle. Compte tenu de l’ensoleillement et des ombres portées, j’ai tout lieu de penser que l’immeuble que tu cherches était précisément ici avec l’entrée du studio exposée au sud sur la 4ème (orientée est-ouest) et la plus longue façade sur WA (orientée nord-sud). Merci pour le voyage Ella, et désolé pour ton immeuble. Sincèrement désolé également si pour le coup je raccourcis singulièrement la distance et si je me comporte sans y prendre garde comme un briseur de rêve.

  4. Non non Marcus, je suis allée moi aussi à Bay City il y a quelques années, tu ne brises rien, tu me berces.
    Et, comme d’hab les vraies questions restent essentielles et secrètes : pourquoi là et qui ? Où fut prise la photo ( je l’ai déjà mise ici, cette année, elle est quelque part dans « photos » ou « famille » ) ? Pourquoi Alfred était-il dans le Michigan, tu me diras il construisait des usines…Grand Pollueur devant l’éternel…Et tiens, son gendre, le mari de sa fille, mon gd père chéri, était un sacré photographe dès l’invention des appareils dignes de ce nom ( primo : dans tranchées de 14-18). Militaire et prof à St Cyr, tu souris M….hein ?

  5. La photo est ici publiée en date du 15 fevrier

  6. « Je me ferai castor » retour la nature, aux origines aussi loin qu’elles puissent être ancrées. On laisse toujours un bout de soi quand on voyage, même par personnes interposées !

  7. Ton bout de soi de toi déposé icitte c’est du poil de castor doré !! Merci Dame poétesse !!

  8. une photo rose, il te fallait bien cela, l’amoureuse des couleurs ! Je m’envole avec toi vers Bay City Michigan, vers les grands lacs. Tu auras du flounder grillé et des patates douces, promis, juré.
    Marcus, contez-nous encore vos voyages, oh please …..

  9. Hello la côte EST ! Bises, oui se régaler !
    Mais oui, Marcus sur l’île de son Ré en conte, en conte…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :