Quand l’amour part faire un tour

Parfois l’amour s’en va. Pourtant il y a toi, pourtant il y a moi.

On ne sait pas où il va. Je ne sais pas. Il laisse moi. Il nous laisse avec nous mêmes et débrouillez-vous avec vos conneries mon p’tit gars.

Il laisse un immense miroir qu’au début tu ne vois pas. Comme toujours tu fais la sourde oreille, tu as du noir aux yeux, tu inventes des prétextes, tu joues à l’autre. Mais le miroir est là.

Quand l’amour s’en va c’est pour te laisser avec toi, petite pimbêche, petit grognat. Maintenant tu vois ce miroir et tu vois ta lâcheté et ton mauvais fond. Fond de commerce, boîte à petits pois chiches. Chiche dans la tête. Tu vois.

Il faut du courage pour affronter la lâcheté de l’amour qui dure. Il faut du courage. Le courage d’aimer en se disant. D’être soi. Le silence pèse la mort, les renoncements friseront ton cercueil. Belle avancée dans ta lâcheté.

Alors quand l’amour s’en va, il fait semblant de te laisser. Tel un jeu de cache-cache mais au début tu ne sais pas trop qui joue avec qui , quoi, comment. Il faut apprendre le jeu, bien longtemps, se faire prendre, rester caché aussi pendant que personne ne te cherche plus. Là t’as l’air d’une belle andouille, princesse aux pieds nus, personne pour tendre l’oreille. Mangée crue.

L’amour te laisse pour que tu te voies. Pour que tu lui dises encore et encore qui tu es, tes faiblesses et ce que tu ne veux pas. On ne sait pas ce qu’on veut, on sait ce qu’on ne veut pas ou plus jamais. C’est nous les femmes, sans doute, nous sommes comme cela ?

Alors le miroir ramassé tu t’es regardé. Tu as baissé la colère en toi, tu as ramassé du courage, dans ce miroir au fond, il faut trouver. Tu diras ta lâcheté, tu diras ce que tu peux. C’est ce que l’amour attend de toi. Sinon il s’en ira ou fera tout comme en restant l’ombre de toi et ça, tu ne veux pas.

.

8 commentaires to “Quand l’amour part faire un tour”

  1. C’est…pfiou. C’est…toi. Moi. Nous. L’amour, qu’en sait-on au fond? il fait ce qu’il veut de nous.

  2. Et rien ne doit être considéré comme acquis et cela doit être dit, c’est ça que je voulais dire, surtout.

  3. « L’amour te laisse pour que tu te voies »…
    Je digère.
    Ca me parle tant. Aux yeux. Aux tripes.

    Puis-je te voler cette phrase pour mes brèves de fin de mois …avec un lien vers chez toi, bien sûr?

    Amicalement
    Arthémisia

  4. C’est fou comme ton billet me parle.

  5. Tant mieux si les mots parlent, ils sont créés pour cela je crois, j’espère. Oui tu, vous, pouvez les mettre ailleurs, chez vous, leur donner des vies autres, rien ne m’appartient. Rien.

  6. Oui, comme tu dis, ils sont fait pour ça, mais quand même. C’est tellement bien ces convergences inattendues qui se révèlent soudainement au détour d’une page. Et à ta question « C’est nous les femmes, sans doute, nous sommes comme cela ? » moi je dis : pas seulement les femmes…

  7. Ah ben tant mieux, tu me fais plaisir.

  8. Tant mieux ! Ça fera taire les éventuels médisants enclins à penser que je ne parviens jamais à faire plaisir à une femme.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :