Retrouver

Il y a cette musique. Une musique qui me berce. Elle entre et vient. La retrouver. C’est ne t’avoir jamais quitté. C’est ne pas vieillir de nous, n’avoir jamais rien dit. Oublier les jamais les ni mêmes. Toujours. Remplir la jarre jusqu’à la gueule.

Tu ne sais rien. Tu ne sais pas. Tu ne sais rien et je veux pleurer. Je veux crier.

C’est retrouver. Cette musique, cette effacée.

C’est. L’altitude. Cette voiture dans les tournants. La route. Tu es au volant. Ce n’est pas comme derrière ta grosse moto, je n’aimais pas être derrière.

Ne dis rien. Tu es silencieux.

Je veux cette rivière, cogne les cailloux.

Ne dis rien. La vie ne vaut rien. Elle est trop mystérieuse pour nous appartenir.

Ne dis rien.

Aujourd’hui j’ai entendu cette chanson de Cat Stevens, celle du père à son fils. Je n’arrive même plus à l’écouter, elle est accrochée à ma chair cette chanson. Il faudra bien un jour ce disque l’avoir à la maison à nouveau. Cela ne recollera pas les morceaux entre tout ce temps. Celle d’à peine jeune femme et celle de maintenant.

Quand suis je devenue une femme, quand suis je sortie de l’adolescence ? Je crois que tout s’est fait en même temps. J’ai quitté mes parents. J’avais seize ans bien passés. Il était temps. Je t’aimais, toi dont je ne sais plus rien. Tu étais brun. Tes yeux de braises.

Nous vivions souvent ensemble et tu m’as fait l’amour. Ce n’était pas facile. Il faut s’aimer vraiment pour dépasser ces premiers moments. Je ne sais pas m’en souvenir. Je me souviens de ton amour. On s’aimait vraiment.

Un an après, dans notre premier et unique appartement, on peignait une bande dessinée sur les murs du couloir. Il y avait des cheminées dans ce lieu. Du bois, pas de chauffage autrement. Une grande vieille cuisine au carrelage noir et blanc, le même que celui de mon couloir maintenant.

D’amants en désespoirs j’ai bâti un début de femme. De bouts. C’est l’amitié qui tenait les rênes, de ce qu’il restait quand tout tremblait en la demeure. Toi au Havre, mon amie que je ne vois plus. On était ensemble tous les jours.

Ce matin, je me suis inscrite à un forum, suite à ce « marathon d’écriture ». Ce groupe de personnes que je ne connais pas et qui est tentant, sans encore savoir comment. J’y ai lu cette histoire d’amitié et de rencontre. Une histoire d’êtres qui n’ont pas peur de leurs sentiments. Et deux écritures qui s’assemblent pour écrire un roman. Une trame solide entre elles deux, comme un fil d’araignée. Une passion.

Dans ce monde trop sécuritaire sur tout et tous. Dans ce dédale de cynisme et de non joie, il y a des feux. Il y a des oses. Osera. N’est ce pas le plus beau mot de la terre celui là ? Il faut alors trouver les moyens, la façon de créer ensemble, de s’aimer et de se surpasser.

Aujourd’hui c’est ce que je voudrais le plus, créer ensemble. S’assembler et s’apprendre. Aller sans peur vers nous. Nous ne sommes pas loin, nous sommes proches.

Dans cette petite voiture un jour avec toi nous avons aussi mis toutes nos affaires. Cette fois on allait de Nancy à Pau, en gros. En passant par l’Auvergne où nous avons cherché des petites routes et un coin où camper pour une nuit. Je me demande bien avec quel appareil photo nous avons pris ces noirs et blancs étonnants. Il y a ce pantalon rayé que nous portions toi et moi. Tu es de ces hommes admirables que j’ai aimé et je voudrais que jamais tu ne meures.

Cela fait longtemps que nous ne sommes partis en voiture. Poser le thermos sur le capot. Les yeux pâteux, mal rasés. Quand on ne sait plus trop si on est partis hier ou ce matin et si on arrivera demain.

Je ne veux plus rien, surtout pas de lendemains.

.

.

Publicités

One Comment to “Retrouver”

  1. Retrouver comme une forme d’innonence, une forme d’espérance en partance pour un nouveau voyage dont on ne sait pas vers qui il nous mènera.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :