Cette vie là

.

Vacances à partir d’aujourd’hui. Je me prélasse, je fais le tour de blogs pas vu récemment. J’en vois qui prennent le large, trop assaillis de commentaires de tous poils pas toujours bon à gratter. J’en vois qui sont toujours aussi intelligents et la maladie vogue, rend leur mots encore plus fins et distants et chaleureux.

Je me revois ouvrir ce blog ici. Je revois les premiers lecteurs, l’ambiance, les textes posés que je connais par coeur. L’ouverture d’un blog où tu décides de te livrer, ce n’est pas rien. L’ouverture d’un blog tout court n’est pas rien. Ensuite le temps passe. Vont et viennent les survivants.

On se fait de l’électricité, le plaisir des découvertes. Les blogs sont égoïstes. L’auteur, le lecteur, ne me parlez pas de générosité. C’est le pour soi qui prime, y compris dans l’envie de rencontrer lecteur à son pied. Cendrillon brille.

On se croise. On vit des émotions fortes. Ici j’en ai vécu des vertigineuses. Des chocs. De ceux qui m’ont mis sur le nuage toute la journée. Oui, l’écriture c’est quelque chose. Le secret dévoilé. Le courrier qui fait l’aller et le retour.

L’émotion continue de traverser l’écran, onde des chocs. Avec le temps s’éteint aussi. Se fondent, s’endorment les passions, les premières fois, les frissons. On abandonne parfois.

Reste les rangs serrés. Les liens qui s’incrustent. Je me demande souvent pourquoi, comment.

Aucun ami ne lit mes blogs. A peine de temps en temps, à peine une ou deux. Rien de précis, rien de véritable. Mes vieilles amies ne savent pas du tout comment j’existe dans cette boîte, de ces contours là. Au tout début j’ai trouvé cela dommage. Maintenant j’en suis satisfaite. Ceux qui restent, ceux qui sont là, sont des secrets. D’une certaine vie.

Pas davantage, ai je tendance à penser quand je suis cynique. Douce mélodie, doux réconfort. Portée de voix.

On essaye tout, par touches non feintes. J’essaie tout. Et j’entends le merle du soir ce soir, très en forme. Qui refait sa sérénade chaque printemps. Connaitrais-je jamais sa vie  ?

.
.
Publicités

11 commentaires to “Cette vie là”

  1. pas encore vacances…très grosse journée avec répétitions de choses instrumentales et chants etc… avec en première heure une classe « horrible » , et je pèse mes mots ..! en général , j’arrive ensuite à la maison et je m’affale sur le matelas dans la bibliothèque ..mais là, ne peux point! j’ai ensuite une autre classe sur les chapeaux de roues pour une mise en sons de théâtre dansé ( décors sonores , je trimballe un coffre plein de bazar ) etc… j’envie Shalimar perpétuellement alangui au soleil ( en dehors des chasses aux souris , grandioses ces derniers temps : 1 ou 2 par nuit!) VACANCES!!! JE VEUX!!!

  2. Ca me parle ce que tu écris là. L’émotion d’écrire ce qu’on n’a jamais murmuré qu’à soi , le frisson des rencontres, et puis quelque chose d’autre, de moins glamour peut-être, qui met en mouvement des zones jusque là cachées. Des amitiés aussi, parfois. C’est qu’à dévoiler ainsi quelques reflets de son âme, on se rencontre parfois vraiment 🙂
    Bises

  3. Joyeuse « vacances » ! J´aime bien ton ecritures. Les distances font du bien –
    thomas
    ca ma parle aussi , oui !

  4. c´étais de la foutaise, pardon !
    bonne vacances pourtant
    t.kraemer

  5. Comment j’existe dans cette boite
    et comment ferions-nous
    dans le carré blans
    sur fond blanc?

  6. Et parfois les vies se rencontrent.

    • Oui, ce tissage curieux et même ce curieux tissage car nous ne sommes pas sages et toujours l’humain veut aller au devant ?

      Nos bobines lointaines qui veulent encore se nouer. Pourtant tant de noeuds déjà, oui l’humain est impossible à cadrer. Pourtant pour tisser il faut bien poser les cordages, s’amarrer, fixer les liens.
      Oui l’humain bricole avec ses bricoles et est très curieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :