train de vie

Tout, un peu, et lentement s’échine.

Hier ou je ne sais plus quand, j’ai pensé, je regardais des barrières dans des champs, puis aux abords de la ville. Etait ce dans le train ?

Je meurs un peu plus chaque jour, cette phrase m’est arrivée.

Il faudra alors vivre un peu plus, me suis-je dit. Des piquets de bois sur un fond vert.

J’ai vu des chevaux et des flamants roses. J’ai vu des étangs et du sel très blanc en gros tas comme des montagnes.

J’avais très chaud.

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :