tout ces trucs que je ne peux pas jeter

Démenagement, un autre placard à mettre en cartons, de la paperasse. Je m’étais dit  « tu vas jeter tes cours de fac ».

Je suis d’abord retombée sur la vie de loin. Des documents quasi cultes, vieux obsolètes pour tout le monde, mais pas pour moi. Des trucs qui font comme partie de la famille. Des gri-gri.

Puis les cours. C’est vrai j’avais déjà tout jeté je n’avais gardé que la substantifique moelle il y a cinq ans lors du précédent déménagement. Re tri serré. Et puis là aussi il y a mes tripes. Tout ce temps passé en bibli, tous ces cours aimés, ces photocopies de pages de bouquins, de recherches, d’étude, de réflexion.

Ils font partie de ma peau pour le moment. Je n’en n’aurais sans doute plus l’usage. Je compte revenir en fac mais je ne sais encore dans quel secteur ( un cursus de philo ?). Surement pas en sociolinguistique et anthropologie sociale, non je ne crois pas. C’est tatoué tout cela.

Bon, je garde au chaud, faudra me brûler avec.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

CA FERA UN BEAU BUCHER !!!

Publicités

10 commentaires to “tout ces trucs que je ne peux pas jeter”

  1. Jamais jeté un cours de fac, ni français du lycée, ni philo, ni mon option (ciné). Je pense que je ne le ferai pas.
    Quoi?…ça peut toujours servir…

  2. C’est ce que je me disais depuis toutes ces années. mais j’ai jeté, jeté, jeté et jamais regretté. En plus bien des choses évoluent, et avec le net, les multi médias, etc…tant de choses sont disponibles quand on en aura besoin.
    Mais le besoin de garder se situe au delà de toute logique, pour moi.
    Etre plusieurs, être toujours celle, être possible.

  3. J’ai tout jeté il y a deux ans
    J’ai gardé pendant longtemps sans pouvoir le faire et pourtant je ne m’en servais pas… totalement illogique voire compulsif !!!!
    Je crois que j’ai fini par admettre que « tout » était à l’intérieur de moi !!!

  4. Ces périodes où on remet à la lumière nos fatras, paperasses et autres truc planqués dans des placards….Elles sont fatigantes mais bénéfiques !
    Pour ma part, des tris drastiques se sont imposés très vite car longtemps je changeais de lieu tous les ans, pas question d’accumuler. Je donnais ce que j’aimais ( meubles, vetements..), je jetais ce qui n’avais plus de vie à moyen terme.

  5. Ah cruel dilemme ! C’est avec mes « créations » que j’ai le plus de mal. j’ai mis une fois un carton de textes que je ne relisais jamais au feu, je m’en mords encore les doigts, certains textes me hantent depuis, et je ne les ai jamais réécrit. je suis impressionnée de ta collection et sa diversité. j’ai souri en tombant sur Goffman, il fait partie de ceux dont je n’ai pas pu me séparer…

  6. …La tête aime l’air……

    plume d´hi

  7. Hi hi bonjour les amis.
    Tanakia je savais qu’il y aurait un truc là dedans qui te ferait tilt et retilt !
    Les écrits ? Quels écrits ? tout à coup je me rends compte que je n’ai rien, moi..à peine un cahier il y a deux ans, motivé par les blogs. un autre cahier ? oui, d’un voyage à 23 ans, le premier à Mtréal…;
    Sinon, rien…les courriers des autres. Chaque année je vire..non, tous les 3 ans ??? Là je viens de mettre 2-3 ans de courrier reçus, dans un cartons, sans rechigner. On verra, j’aime bien le recycler en cartes collages….

    Thomasss !!. Et l’air aime-t-il la tête aussi ?

  8. Pour ce qui est de la « diversité »…je viens de relire ce billet et ses contenus et c’est vrai, je réalise, et je veux dire ici et re dire, combien mon cursus en sociolinguistique démarré en fac à Rouen puis terminé, enfin….hem…j’ai abandonné la Thèse de Doctorat…à Grenoble…Combien c’est une matière pluridisciplinaire, on peut piocher dans énormément de domaines ,pour moi psycho socio anthropo, etc mais la phonétique est indispensable, je me suis fadée aussi de l’informatique traitement du langage par les machines ! beaucoup de non verbal because mon mentor chéri était dedans à fond…et tout ce qui tourne autour des migrations/ interculturel/et apprentissages puisque j’avais en M1 une option dans le Français Langue Etrangère.
    j’ai rencontré des chercheurs d’une qualité humaine rare, ils m’ont transformée. je suis fan, oui.

  9. Moi rien jeté non plus, peux pas. C’est tout gris tout poussiéreux, presque fragile depuis ce temps, mais c’est bien serré là-haut, sur une ou deux étagère, des écritures dont je ne sais pas si je pourrais les relire…

  10. Comme des doudous, des ombres ou des fantômes qu’on garde et on ne sait pas trop si c’est du bon ou du trop plein à éviter…juste de loin, on met une distance finalement…Moi au bout d’un temps, je jette, quand ça ne me fait plus peur….ça peut être long, c’est vrai !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :